Accueil > formica > IMB007 - formica, s/t review, Le Mensuel de Rennes

IMB007 - formica, s/t review, Le Mensuel de Rennes

dimanche 12 février 2012

Non contents de cultiver une discrétion de chacals aux aguets (on les voit peu en concert), les formica peuvent revendiquer une avarice de banquières bigoudènes : seulement deux enregistrements en dix ans, dont un maxi quatre-titres (Sequels suck) et un court album fraîchement paru. On les pardonne : abondance ne rime pas forcément avec magnificence. Ledit court album - celui qui nous intéresse aujourd’hui - dispose d’atouts considérables. Toujours aussi peu racoleur, le quatuor ne se fourvoie jamais en soli interminables. Il achève ses morceaux à la hache, d’un coup sec, aux alentours de trois minutes. Son rock (aride comme un manche de trique) évoque toujours les grands noms "indés" américains : Sebadoh, Pixies, Pavement... Des maîtres déjà copiés par mille autres élèves, direz-vous. Oui, mais... Formica ne verse jamais dans la caricature à trois roubles, grâce à un duo de guitares superbement vicieuses et délicieusement complémentaires, à une section rythmique raide comme il faut et, surtout, à un chant qui se bonifie avec les ans façon saint-Estèphe. Ces voix faussement naïves ont gagné en ampleur, en charisme, en "chien" depuis Sequels suck, conférant au nouvel album une épaisseur jouissive. Vivement le prochain.
Nicolas Legendre, Le Mensuel de Rennes, n° 33, février 2012, p. 57